Huguette et l’arrêt des gouttes

 

gouttes

Huguette, quatre-vingt-six ans,  m’avait été adressée par l’un des praticiens hospitalier du service d’addictologie pour évaluer ce qu’il y avait de psychiatrique derrière les surconsommations des gouttes de benzodiazépines (anxiolytiques) qu’elle pouvait présenter. Cela faisait trente ans qu’elle mangeait du RIVOTRIL® et elle fut bien embêtée quand son médecin généraliste n’eut plus le droit d’en prescrire. Huguette avait été équilibrée pendant des années avec ce traitement et ne comprenait pas pourquoi on la privait de cette molécule salvatrice qui gérait selon elle, son humeur, ses angoisses et ses problèmes de sommeil.

Parce que c’était justement là le problème. Depuis qu’il avait changé ses gouttes, cela n’allait plus. Elle avait alors rencontré LEXOMIL®, VALIUM®, TEMESTA® sans succès. Son médecin généraliste l’avait alors redirigée vers l’addictologue de l’hôpital pour mettre en oeuvre un sevrage progressif. Il introduisit alors le LYSANXIA® pour agir sur le long cours et diminuer progressivement les gouttes. Mais cela restait compliqué.

Quand je vis Huguette pour la première fois, j’ai senti une femme de poigne, qui savait ce qu’elle voulait. Énergique depuis toujours, elle se trouvait fortement diminuée de ne plus avoir ses gouttes de RIVOTRIL®. Ses yeux s’allumaient quand elle en parlait. Comme si elle évoquait ses nuits coquines avec son amant. Au vu de son histoire, j’ai fait le diagnostic d’un trouble anxieux généralisé. Huguette s’était toujours fait du souci pour tout et n’importe quoi. Avec une tension nerveuse palpable, laissant à penser qu’elle était prête à exploser à chaque instant et  des troubles du sommeil fluctuants.

Cela avait été amélioré lorsque son médecin lui avait prescrit pour la première fois le RIVOTRIL® et elle l’avait gardé depuis. De l’eau avait coulé sous les ponts. Son mari était mort. Ses enfants étaient devenus grands. Avaient eux-même eu des enfants. Huguette avait refait sa vie avec un nouveau compagnon avec qui la vie était un peu particulière. Il vivait six mois de l’année aux Antilles et six mois en métropole.

Et ça, cela la mettait bien en difficulté ces derniers temps. Car se retrouver seule devenait complexe. Non pas qu’elle l’aimait, le bougre. Il n’était pas très causant. Il n’avait pas non plus les même convictions politiques, les même goûts musicaux. Mais cela faisait quinze ans qu’ils avaient pris l’habitude d’être ensemble. Depuis cinq ans, tous les ans, il lui disait qu’il hésitait à revenir. Car ses enfants vivant là-bas l’y incitaient. Mais tous les ans, il revenait. Huguette, dans ce contexte s’était fait un métier d’attendre, tout en acceptant la situation avec philosophie.

Mais l’arrêt du RIVOTRIL® la rendait moins philosophe.

Devant le diagnostic posé, j’ai introduit un traitement antidépresseur. Petit à petit, Huguette a pu arrêter le LYSANXIA®. Les choses semblaient à peu près stables pendant plusieurs mois. On évoquait pas mal la relation qu’elle avait avec son conjoint. Et puis un jour, elle s’est mise à avoir des hématomes spontanés qui venaient sur tout le corps. Pas immenses mais suffisamment nombreux pour qu’on se questionne. Huguette prenait des anticoagulants (qui fluidifient le sang) et il pouvait y avoir des interactions médicamenteuses avec l’antidépresseur, renforçant l’activité de l’anticoagulant. Nous avons donc changé cet antidépresseur pour un autre. Avec moins de succès sur l’anxiété et le sommeil. Alors j’ai encore mis un autre antidépresseur. Mais Huguette ne tenait plus la route et avait commencé à vieillir, devoir être accompagnée par sa fille. Dormir chez elle, puis vivre chez elle.

Moi, qui suis une convaincue ultime de venir progressivement à bout de toutes les prescriptions chroniques de benzodiazépines, sur ce coup, j’ai capitulé. Après sevrage, prescription d’antidépresseurs et changement deux fois de molécules, je me suis dit “à quoi bon?” Elle a quatre-vingt six-ans. Ne vivait pas si mal sous RIVOTRIL® jusqu’à ce qu’on lui arrête et là elle se retrouve avec une irritabilité qui lui porte préjudice sur le plan relationnel, des troubles du sommeil handicapants et une angoisse qui se lit sur son visage au quotidien. Alors oui, ce n’est pas dans les guidelines, dans les clous, mais je lui ai remis ses gouttes. Pas le RIVOTRIL® vu que je n’en avais plus le droit, mais le LYSANXIA®. Associé à des techniques de relaxation, Huguette se porte mieux.

Elle dort comme un bébé (qui dort bien, pas comme les miens) et maintenant Huguette m’en veut moins et m’aime un peu plus, et sa fille aussi…

Une réflexion au sujet de « Huguette et l’arrêt des gouttes »

Laisser un commentaire